Share

« La CREI n’est qu’un bras armé du pouvoir »: Me Ly a fait ce plaidoyer quelques heures après que la CREI a condamné son client

Partagez

Maitre-Cledor-Cire-Ly

Ciré Clédor Ly, l’un des avocats de l’ancien ministre Karim Wade, s’est prononcé lundi à Dakar pour la dissolution de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI).

Me Ly a fait ce plaidoyer quelques heures après que la CREI a condamné son client à six ans de prison ferme et au paiement d’une amende de 138 milliards de francs CFA, pour le délit d’enrichissement illicite.

« Si la CREI n’est pas dissoute, nous nous acheminons vers une République dictatoriale », a soutenu Ciré Clédor Ly.

« La CREI n’est qu’un bras armé du pouvoir. Elle exécute des missions politiques, au service de ceux qui détiennent le pouvoir politique », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse du pool d’avocats défendant l’ancien ministre.

Me Ly a ajouté : « Si les autorités étatiques ne veulent pas aller en prison à la fin de leur mandat, elles ont intérêt à faire disparaître la CREI. D’ores et déjà, elles ne peuvent pas justifier leur salaire, même pas le prix de leur cravate. Elles vont la dissoudre, sinon elles vont aller en prison. »

« Notre client a été battu. Ses droits civiques et politiques ont été bafoués. Les avocats qui assuraient sa défense ont été expulsés [de la salle où se tenait le procès]. Ou est la justice ? » a commenté Ciré Clédor Ly.

Les avocats de Karim Wade comptent saisir la Cour suprême, dès ce lundi, pour faire annuler la décision de la CREI.

« Il ne faut pas que le procès le plus important de l’Histoire du Sénégal ne puisse être repris. Nous allons, dès cet après-midi, saisir la Cour suprême », a dit Me Seydou Diagne, lors de la conférence de presse.

« Nous avons des recours à formuler au niveau national et au niveau international. Et nous sommes aujourd’hui plus que jamais déterminés à poursuivre le combat », a soutenu Ciré Clédor Ly.

Karim Wade, désigné samedi comme le candidat du PDS à l’élection présidentielle de 2017, était en détention préventive depuis avril 2013. La CREI le jugeait depuis fin juillet 2014, en estimant qu’il a acquis un patrimoine illicite évalué à 117 milliards de francs CFA, lors de l’exercice de ses fonctions ministérielles.

Cette juridiction spéciale créée dans les années 1980, en veilleuse quelques années plus tard, a été remise en activité par le président Macky Sall en 2012.

Elle a condamné à cinq ans de prison ferme et au paiement d’une amende de 138 milliards Ibrahima Khalil Bourgi, Pape Mamadou Pouye et Alioune Samba Diassé, pour complicité d’enrichissement illicite avec Karim Wade.

L’ancien directeur général de l’Agence des aéroports du Sénégal (ADS), Mbaye Ndiaye, et l’ancien président du conseil d’administration d’Aviation Handling Services (AHS), Pierre Agboba, ont été relaxés par la CREI.

Leave a Comment